Le Mobile, une opportunité pour l'Afrique

Publié le par Gabriel Dacko

                                                   tic mobile  Un tour d’horizon des technologies d’accès à l’internet permet de citer parmi les plus utilisées : le wimax (par clé USB), l’ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line), l’internet par le mobile. Ces dernières années les chiffres montrent une certaine percée du mobile dans le monde et dans les pays en voie de développement en particulier, près de trois quarts des habitants de la planète ont désormais accès à un téléphone portable. Posséder plusieurs abonnements est de plus en plus courant, ce qui suggère que leur nombre va bientôt dépasser celui de la population humaine (banque mondiale et infodev, 2012). En Afrique, de 4,19 appareils pour 100 habitants en 2002, on est passé à 27,5 en 2007 et à 32 en 2008 ; c’est la progression la plus forte du monde : 77% entre 2005 et 2006, 40% en moyenne sur la période 2005-2008(Annie L., 2010 ). Cet engouement se manifeste aussi par le nombre d’applications mobiles téléchargées en ligne. Plus de 30 milliards d’applications mobiles ont été téléchargées en 2011(Information and C. ,2012).

 

 

Un contexte adapté pour une capitalisation :

 

Avant  L’arrivée de la téléphonie  en Afrique dans les années 90 le tissu économique est   caractérisé : par des monopoles notamment  dans le secteur des télécommunications, par l’absence d’organes  de régulation, par des prix d’accès au service universel  relativement élevés. Dans les années  2000 avec les restrictions imposées par la banque mondiale et le FMI aux pays africains, on assiste à une libéralisation dans divers secteurs parmi lesquels, les télécommunications. On commence de plus en plus à parler de concurrence et de privatisation des entreprises.  Selon  José.D  2004 , seulement  14 pays sur 55 n'avaient pas encore libéralisé le secteur en 2004 ;  on peut constater au cours de la même année des pays avec un nombre d’opérateurs mobiles  allant de 6 à 2. L’introduction de la concurrence se fait conjointement avec la constitution des institutions de régulation, et des associations de consommateurs  pour assurer  une compétition égalitaire entre les protagonistes  et le respect des droits des utilisateurs. Ces facteurs favorisent la prolifération de la technologie   , surtout que le coût d’accessibilité à un abonnement est  bas comparé à celui de la téléphonie  fixe, la couverture du réseau  est également plus étendue. Nous retenons que pour que le  mobile continu  d’être une marne pour les différents acteurs il faudrait : une libre concurrence, l’existence des institutions régulation et  des associations des utilisateurs. Un aspect important qu’il ne faut pas négliger est le cadre technique, les opérateurs devraient moderniser leurs infrastructures pour supporter le flot d’utilisateurs qui augmentent. En effet le nombre de connexions a augmenté de 30% ces 10 dernières années et est évalué à 735 millions avant fin  2012 (GSMA, 2011). L’Etat devrait aussi s’impliquer davantage en mettant sur pied des laboratoires d’invention mobile , encourager la formation dans le développement mobile et primer les meilleurs pratiques .

 

 

 

Impact de la téléphonie


            La téléphonie mobile du fait de son accessibilité (un téléphone coûte moins de 20 US) et de  sa facilité d’utilisation permet à la population africaine, même la plus défavorisée  de bénéficier des services  essentiels à leur épanouissement. on trouve désormais  des applications mobile dans le commerce (m-commerce), la santé (m-santé), l’agriculture (m-agriculture)..etc. Le monde rural est assez touché par le phénomène. La couverture en zone rurale est estimée à 40%(Annie L., 2010). On assiste dans plusieurs pays à l’exploitation du potentiel du mobile à l’exemple : du Kenya avec le service M-Pesa, du Cameroun avec le service Mobile Money.                                    En  observant les usages de  la téléphonie on peut dire qu’elle  répond bien à un problème d’accès et de pénurie,  des communautés, c’est le cas des comptes bancaires qui sont remplacés par des comptes mobiles qui permettent de faciliter les transactions commerciales. On comprend cet assertion de José Do-Nascimento(2004) dans son rapport intitulé quand il dit que : « le téléphone portable  en Afrique, comme tous les NTIC en général, apporte une réponse moderne, c’est-à-dire efficiente, à une problématique d'origine et d'expression locale ».


               Au terme de cette analyse, on peut dire que la téléphonie a encore beaucoup de choses à offrir comme opportunité, mais à condition que cela soit fait dans un certain cadre.

 

                                                                                                                        Par   Gabriel D.

 

 

 

Références :

1-    http://www.banquemondiale.org/fr/news/2012/07/17/mobile-phone-access-reaches-three-quarters-planets-population

2-      Annie Loquay(2010),  modes d’appropriation innovants du mobile en Afrique 

3-    GSMA. 2011, Rapport  Observatoire de la  téléphonie mobile en Afrique

4-    Information and Communications for Development 2012: Maximizing Mobile

5-    José Do-Nascimento(2004),  Le développement du téléphone portable en Afrique


Publié dans Actualités

Commenter cet article

Gabriel Dacko 07/03/2013 09:26

Merci koly , pour le complément que tu apportes avec cet étude de l'Unesco . On comprend davantage l'impact du mobile dans ces différents secteurs que sont : l'éducation, la lutte pour l'égalité
..etc

koly 07/03/2013 08:00

Bonjour Gabriel,
merci pour ton brillant exposé sur le mobile et ses opportunités pour l’Afrique. L'UNESCO a récemment organisé la Semaine de l'apprentissage mobile (MLW) 2013 visait à répondre à trois questions
essentielles Comment la technologie du mobile peut être un support d'anaphabétisation pour les enfants et les adultes? Comment peuvent-ils soutenir les enseignants et leur développement
professionnel, afin d'assurer qu'une éducation de qualité soit livré à tous les élèves? Et comment les technologies mobiles peuvent contribuer à l'égalité des sexes et accroître les possibilités
pour les femmes et les filles? Voila autant de question qui ont été débattues.

http://www.unesco.org/new/fileadmin/MULTIMEDIA/HQ/ED/ICT/pdf/MLW_Report.pdf